1977

 

Hairakhan, le 16 avril 1977

 

Ce qui suit est la synthèse d’un discours prononcé par Babaji au temple international d’Haidakhan à 17 heures.

 

Quarante personnes environ étaient présentes : des dévots d’Allemagne, d’Angleterre, des États-Unis, du Canada et de l’Italie, ainsi qu’une dizaine d’habitants des alentours.

Avant le discours, tous les présents chantaient OM NAMAH SHIVAY en s’accompagnant de tambours et d’un harmonium. Babaji parlait rarement pendant les rassemblements. Entendre Sa divine voix pendant environ un quart d’heure, sembla étrange aux personnes présentes.

Le discours contenait des préceptes sur « l’Art de vivre » et la clé pour survivre à la destruction imminente à laquelle allait assister l’humanité dans un futur proche. S’adressant aux habitants du village, Il leur demanda de venir dans ce temple international durant leur temps libre pour chanter les textes sacrés et écouter les discussions religieuses qui y seraient tenues de temps en temps. Il leur dit qu’ils pouvaient venir sans aucune distinction de caste, de croyance ou de race. Ce temple était ouvert aux personnes de toutes les religions du monde. Il décrivit le temple comme le symbole séculaire. Il les invita à venir avec leurs voisins et amis, puis Il leur montra la grande pierre noire, à la gauche de son siège et dit que le Seigneur Kedarnath était actuellement présent dans cette pierre et que nous devions lui offrir des prières avec dévotion. Babaji ajouta qu’Il n’était pas en train de parler comme un politicien, mais qu’Il faisait un bref discours contenant des préceptes et des conseils.

Il dit également que celui-ci était le premier d’une série d’entretiens sur l’enseignement qu’Il entendait donner aux gens dans ce temple.

 

Le 12 mai 1977 – 11h15

 

Babaji était assis sous le bananier à côté de la pierre originale de Shiva. Il s’adressa à certains dévots (Sheela, Deviji, Sarawati, Malti).

« La grande pierre ronde dans le jardin d’Hairakhan Vishva Mahadham – l’asana (lieu de méditation) originale de Shiva – est constamment surveillée par 52 Bhairav (gardiens terrifiants de Shiva), 54 Kalwas (guerriers de Kali), 64 Yoginis (femmes yogis), 80 Asuras (démons) et 52 Virs (hommes courageux).

Cette année sera encore calme (se référant aux changements). À partir de l’année prochaine, les 52 Bhairavs commenceront leur danse avec les autres Ganas (guerriers de Shiva conduits par Ganesh, son fils) puisque la terre demande du sang. Cette nouvelle est venue de Kalkapur, le royaume du roi Yama (la mort). Les anciens mangeront du halva et du riz au lait sucré, parce qu’il y aura du lait et du ghee en abondance dans le monde. »

 

Babaji changea de place. « Antarval hogiya. Je ferai tomber les barrières de l’ignorance de votre cœur à travers la connaissance et je vous préparerai. Vous pensez que Babaji ira à Rome, à Bombay, à Calcutta et qu’Il tiendra des discours. Eh bien non, vous vous trompez, car Babaji fera chaque chose d’ici. J’ai provoqué des milliers de tueries de masse avant. En cette période, je ne le ferai pas, mais je vous préparerai par la connaissance et je remplirai vos cœurs de compréhension et de compassion. »

 

 

 

* Ces discours parlent d’eux-mêmes. Cependant, l’interprétation et la compréhension des paroles de Babaji peuvent ne pas être aussi faciles que le lecteur pourrait le supposer dans un premier temps. Les discours de Babaji reflètent Sa propre conscience de manifestation de Dieu. Il se nommait souvent Lui-même (dans ces discours) « Shri Mahaprabhuji », une expression hindi désignant le Maître suprême. Pour ceux qui Le reconnaissent comme une manifestation et une incarnation de Dieu, Ses discours présentent un message cohérent d’une inspiration puissante de la part d’un Dieu d’amour qui cherche à guider ses dévots à travers une période de chaos et de destruction vers une nouvelle Terre Promise, une société basée sur de hautes valeurs spirituelles et morales.  Il vint pour montrer à l’humanité comment vivre et pour servir l’Homme au niveau le plus élevé. Qu’Il vous serve. Lisez Son message l’esprit ouvert et qu’Il vous bénisse. (Texte complet)